Inondations

Chers Biterrois, chers adhérents, mes amis,

En ces tristes jours pour nos proches voisins audois,

Je tiens à faire part de ma compassion pour toutes les victimes.

Que la sidération et la colère soient présentes, il suffit de voir les images de la catastrophe pour le comprendre.

Mais, dans d’aussi tragiques conditions, il ne faut pas manquer de relever que les maires, les responsables de collectivités locales, n’ont cessé de travailler pour sécuriser ce qui pouvait l’être.

De toute évidence, cela n’a pas suffi, et le devoir de protéger les citoyens contre le déchaînement des éléments, est resté lettre morte.

L’État et ses services déconcentrés ont réagi. Les secours ont tout donné et chaque citoyen doit leur être reconnaissant.

Cependant, l’urgence climatique vient nous rappeler qu’elle n’est pas une vaine expression : c’est un défi qui ne peut se relever que dans le rassemblement.

C’est pourquoi, même si le désintérêt, la méfiance, voire la défiance pour l’action politique peuvent s’entendre, il n’y a que par elle, en dehors de tout débat partisan, que les démocraties, au plus près du terrain, pourront trouver avec chacune et chacun, des solutions, imparfaites, sans doute, mais adaptées, évolutives, communes.

Une immense tristesse pour les personnes qui ont perdu la vie, une peine redoublée pour leurs proches, une confiance renouvelée aux sauveteurs et aux élus pour leur travail.

Ci-dessous, une carte des zones inondables à Béziers, ville si souvent meurtrie, mais qui, pour cette fois, a évité le pire.

Le président de Béziers à Venir.

Antoine About.

http://www.beziers-a-venir.fr/2018/06/01/zones-inondables-a-beziers/