La république des plaques bleues – Les noms de rues républicains en Biterrois – 1870-1945 – Un affrontement symbolique

Richard Vassakos. Éditions du Mont, 337 pages. 20 €. 2018.

L’auteur, Richard Vassakos est professeur agrégé, docteur en histoire contemporaine.

Cet ouvrage passionnant apporte non seulement un éclairage sur les spécificités biterroises, mais aussi des renseignements précieux sur ce qui pourrait sembler anodin, mais qui a toujours pu interroger les amoureux de leur ville ou de leur village : les noms de rues.

© crédit photo : https://www.lepoint.fr

En effet, ce que l’auteur appelle des baptêmes, parfois massifs, de rues et de voies, a fait l’objet entre les dates citées par le sous-titre, de véritables combats politiques et symboliques. Il n’y a qu’à se référer, pour la période actuelle, à la polémique qui est née de la volonté du conseil municipal de Béziers de débaptiser une rue « du 22 mars 1962 » (date des accords d’Evian et de la fin du conflit en Algérie) pour la rebaptiser du nom d’un officier français dont le rôle a été pour le moins contesté dans ce conflit de la décolonisation.

Sans entrer dans le détail de ce livre très documenté, on remarquera que les dates d’encadrement historique de l’étude, sont elles aussi symboliques : 1870, effondrement du second empire, commune, germanisation de l’Alsace et de la Moselle, d’une part ; 1945, libération, épuration d’autre part. Entre les deux, une longue IIIème République, deux conflits mondiaux la collaboration et Vichy, et, pour ce qui est de Béziers, et du Biterrois, le traumatisme de la révolte vigneronne de 1907.

L’auteur décrit les procédures administratives de baptêmes de rues, régies par l’ordonnance du 10 juillet 1816 prise par Louis XVIII après la chute de Napoléon premier. Il évoque les luttes politiques de ce Midi rouge, à la fois locales et contre le pouvoir central, luttes qui ont laissé des traces dans l’attribution des noms de rues, ainsi que les figures locales qui ont incarné ces luttes.

La courte préface de Jean Sagnes, historien bien connu en Biterre révèle au lecteur, le nom de ce savoir sur les noms de rues : l’odonymie.

Il faut remercier les Editions du Mont, dont le siège social est à Cazouls-les-Béziers pour ce petit bijou de savoir. Robert et Jacqueline Taurines sont des éditeurs persévérants et courageux, qui savent reconnaître les talents.

Et les encourager en outre dans leur dernière aventure : la traduction faite par des érudits dans une édition de luxe, du Bréviaire d’amour de Maffre Ermengau, chef-d’œuvre de la littérature courtoise du XIIIème siècle et monument biterrois de la « fine amor ».

http://www.editionsdumont.com