Phrase du mois

Décembre 2018

« Oui, deux étoiles jumelles sont pour nous déjà un visage qui nous regarde, et dans une exacte réciproque, deux yeux qui nous donnent leur regard, si étrangers qu’ils soient à notre propre vie, ont sur notre âme une influence stellaire. En un instant, ils rompent notre solitude. Voir et regarder échangent ici leur dynamisme : on reçoit et l’on donne. Il n’y a plus de distance. Un infini de communion remplace un infini de grandeur. Le monde des étoiles touche notre âme, c’est un monde du regard. »

Gaston Bachelard. L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement. Première édition José Corti 1943. Réédition 2014 Le Livre de Poche, collection Biblio essais. Chapitre VII : Les Constellations ». p. 238.

Janvier 2019

« [il] avait seulement écrit, en très petits caractères, un mot qu’on pouvait déchiffrer, mais dont on ne savait s’il fallait y lire solitaire ou solidaire. »

Albert Camus, L’Exil et le Royaume, Jonas ou l’artiste au travail, ed. Livre de Poche p. 142.